Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

	Une Nuit Debout sur le Vieux Port à Marseille

Une Nuit Debout sur le Vieux Port à Marseille

La prise de conscience individuelle et collective sur les enjeux des mouvements sociaux transversaux et horizontaux s'inscrit dans un horizon de convergences en rupture avec des logiques d'infantilisation et d'autoritarisme institutionnels. Ce ne sont pas seulement des interrogations sur Loi Travail et précarité qui activent le potentiel des jeunes et des classes sociales durement affectées par le néolibéralisme et le néoracisme, mais aussi des questions sur la démocratie, le pouvoir, la santé, la liberté, la dignité et la justice et sur la société entière. Il suffit d'écouter les intervenants dans l'ensemble des rassemblements montés partout où il y a des possibilités.

Je viens d'assister au rassemblement de Nuit debout à Marseille sur le Vieux Port sous l'ombrière le 28 avril 2016 à la fin de la manifestation dans le cadre de Nuit Debout. Un grand rassemblement éclairé par les derniers rayons d'un beau soleil qui s'éloigne du grand bleu en interaction avec les grands miroirs de l'ombrière donnant des lumières poétiques. Ce ne sont pas des personnes sans cerveau ou sans horizon. Ce sont des vraies individualités chargées de sens et de savoir-dire et savoir-parler. Ce sont des jeunes interagissant dans une intelligence collective inscrite dans le faire social historique, dans les sens et avec le sens.Ils sont le potentiel qui déborde et le devenir en puissance qui rassure et qui pose un refus radical à des processus de déshumanisation de la société et de l'humanité. Chaque intervenant parlait d'abord de ses expériences dans ses actions professionnelles et non professionnelles, dans les syndicats, les collectifs, les associations, etc. Il y avait aussi des personnes malades qui parlaient de leur souffrance surtout des personnes qui subissent des effets dévastateurs des « traitements psychiatriques médicamenteux ». J'ai bien suivi l'intervention d'une personne animée d'une révolte contre ce qu'elle a subi dans la psychiatrie à Marseille. Des injections, des comprimés, des gélules, etc. Tout un arsenal qui tue le sens et la sensibilité au nom de « soins ».

Je n'ai pas hésité à prendre la parole pour informer et rappeler tout le monde sur le cas de ma compagne Nathalie. Victime à la fois de la maltraitance psychiatrique mortifère, « traitements psychiatriques médicamenteux dangereux » aggravés par une hospitalisation sans consentement du 19 octobre 2010 au 19 janvier 2011à l'hôpital de Montperrin à Aix-en-Provence, suite à une pétition mensongère montée par des individus aux comportements malveillants sans aucune vérification ou authentification préalable et une mise sous curatelle renforcée déléguée à des mandataires opérant dans une association source d'interrogations. Des incompétentes qui excellent dans la dépossession et la médiocrité au nom de l' »accompagnement » et de la « protection juridique des majeurs ».

Cette collusion institutionnelle et sociale a fini par la destruction de Nathalie le 31 janvier 2014 à Aix-en-Provence à l'âge de 43 ans.

Je dénonce ce qu'on refuse de dénoncer. Je dénonce le silence violent de tous les acteurs institutionnels et semi-institutionnels. Je le dénonce parce qu'ils étaient informés et alertés à tous les niveaux et les étages de responsabilité pour agir avant le drame. Il n'ont rien fait. Ils sont complices, voire acteurs direct de ce crime. Je remercie toutes les personnes qui m'ont écouté dans mon cri contre cette déshumanisation grandissante des institutions concernées. Je pose un refus radical de ce processus de déshumanisation mortifère.

M'hamed EL Yagoubi

Collectif Vérité et Justice pour Nathalie

Marseille, 28 avril 2016

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :