Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, 25 novembre. Hommage à Nathalie, victime de la violence psychiatrique et judiciaire-tutélaire. Des formes cruelles de maltraitances institutionnelles et à toutes les femmes victimes de l'acharnement médicamenteux et psychiatrique et les dépossédées.
Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, 25 novembre. Hommage à Nathalie, victime de la violence psychiatrique et judiciaire-tutélaire. Des formes cruelles de maltraitances institutionnelles et à toutes les femmes victimes de l'acharnement médicamenteux et psychiatrique et les dépossédées.

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, 25 novembre

 

Hommage à Nathalie, victime de la violence psychiatrique et judiciaire-tutélaire. Des formes cruelles de maltraitances institutionnelles et à toutes les femmes victimes de l'acharnement médicamenteux et psychiatrique.


 

Parmi les actes pouvant être qualifiés de maltraitants, symptomatiques de la violence faites aux femmes, on distingue :

 

  • Maltraitances physiques : coups, blessures, mauvaises manipulations ;

  • Maltraitances psychologiques : humiliation, insulte, cruauté mentale, harcèlement, menaces ;

  • Maltraitances médicales : excès ou privation de soins ou de médicaments, contentions abusives ;

  • Maltraitances financières : vols, malversations, escroquerie et détournement par les mandataires du « service juridique de la protection des majeurs » qui agissent dans des associations hors contrôle. Voir le rapport de la Cour des Comptes 2016 et celui de défenseur de droits 2016, cités en bas.

 

Comment fonctionne la justice en France pour faire face aux violences institutionnelles mortifères faites aux femmes ? Relation introuvable jusqu'à la preuve du contraire.

Est-il encore raisonnable d'espérer pour qu'elle soit justice ?

Aucune illusion

 

Le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l'Assemblée générale a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l'opinion au problème.

Les militants en faveur des droits des femmes ont choisi en 1981 la date du 25 novembre comme journée de lutte contre la violence, en mémoire des trois soeurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l'État, Rafael Trujillo (1930-1961).

L'Assemblée générale a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes (A/RES/48/104) le 20 décembre 1993.

http://www.un.org/fr/events/endviolenceday/

http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/48/104

 

Comment fonctionne la justice en France pour faire face aux violences institutionnelles mortifères faites aux femmes ?

Est-il encore raisonnable d'espérer pour qu'elle soit justice ?

Aucune illusion


 

Hommage aux femmes victimes de l'acharnement et de l'escalade psychiatrique mortifères

 

A cette occasion, je pense à toutes les victimes de la maltraitance psychiatrique et de l'abus de la tutelle et curatelle, dépossédée de leur humanité et de leur vie au nom des « soins » et de « protection ».

Je reviens sur les traces de mon expérience pour parler directement et honnêtement des mensonges obèses érigés en vérités dans les logiques institutionnelles en France et pas seulement en France quand il s'agit de s'y prendre avec des femmes vulnérables surtout celles qui sont en situation de handicap physique ou psychique ou les deux.

Qui dit institution dit un système de normes auxquelles toute personne doit se conformer y compris par des moyens contraignants. Qui sont les coupables désignées dans ce système de normes ? Ce sont les pauvres, les précaires, les exclus et les malades surtout des personnes en situation de handicap. Ce sont des femmes inclues dans ces catégories sociales, stigmatisées et punies doublement parce qu'elles sont ainsi.

Pour cette édition de 2016 de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, 25 novembre, je pense à toutes les femmes victimes de la violence psychiatrique en France, il y en a beaucoup.

Je pense à ma compagne Nathalie, victime des violences des institutions de son pays parce qu'elle était elle-même. Morte dans conditions atroces alors qu'il a fallu seulement un petit geste pour la sauver.

Le cas de Nathalie à Aix-en-Provence, qui n'est pas isolé, s'inscrit dans une signification globale et humaine des formes d'injustices qu'elle a subies en France. C'est de l'inhumanité grandissante profondément institutionnalisée. Détruite par des traitements psychiatriques imposés à l'age de 43 ans. Dépossédée de son enfant de façon brutale à l'hôpital seulement quelques secondes après l'accouchement le 30 mars 2010 à 10h00. Dépouillé par la curatelle au non de la sois-disant « protection juridique des majeurs». Pire. La mandataire lui a résilié sa mutuelle, son abonnement internet et téléphone fixe et même le portable. Je n'ai aucun doute que si la victime avait un moyen de communication, elle aurait pu appeler le secours. Un système mafieux géré par des associations criminelles cooptées pour remplir la fonction du lobby. Son cas condense des formes de la maltraitance psychiatrique et judiciaro-tutélaire mortifères.

Pourquoi ne pas s’étonner, au nom de toutes les femmes prétendument “protégées“ par l’État et la justice de France, que le système judiciaro-tutélaire et les secteurs professionnels impliquées dans ces prédations notoires et générales qui déshonorent et invalident la notion même de “protection juridique des majeurs“ ne soient jamais mis en cause ? Comment ne pas s’indigner aussi des labels de valeur éthique et professionnelle délivrés fructueusement audit système par nombre de médecins, sociologues et médias spécialisés dans le grand âge, l’Éthique et les droits de l’homme ? Comment ne pas s’étonner du silence des bruyants féministes en tout genre devant cette injustice institutionnelle faite à tant de femmes placées tout à la fois sous le joug psychiatrique et la férule tutélaire. ?

Pour plus d'informations, voire les liens ici :

Le rapport du défenseur des Droits sur la Protection Juridique des Majeurs diffusé le 29/09/2016 :


http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport-majeurs_vulnerables-v5-num.pdf

 

Le rapport de la Cour des Comptes vient de paraître le 4/10/2016 :


https://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/La-protection-juridique-des-majeurs-une-reforme-ambitieuse-une-mise-en-aeuvre-defaillante

Le tout dans un silence violent. C'est ça la France ? Je n'arrive pas à le croire. Et pourtant, c'est la réalité la plus crue.

Le risque est grand de plonger dans une perspective sociétale inquiétante et angoissante. Malgré cela, « devant le pessimisme intellectuel il faut opposer l'optimisme de la volonté ». Antonio Gramsci.

Les liens ici :

http://cvjn.over-blog.com/2016/08/tout-faire-pour-eviter-la-crainte-que-la-mort-de-nathalie-ne-tombe-dans-l-oubli-apres-une-une-fin-de-vie-injuste-centre-hospitalier

 

http://www.forumpsy.net/t991-plainte-contre-l-hopital-psychiatrique-de-montperrin-pour-homicide-involontaire

https://mars-infos.org/autopsie-d-un-paradigme-1481?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

 

Je pense à Florence à Moisselles. Morte le 14 mars 2004 à l'âge de 28 ans. Cause de violence psychiatrique. Lien ici :

http://www.forumpsy.net/t934-l-affaire-florence-edaine-decedee-a-l-hopital-psychiatrique-roger-prevot-de-moisselles-95#prochaines

 

Je pense à Sylvie Velghe 33 ans. Trouvée morte de faim le 27 avril 2016. Et pourtant, elle était sous curatelle, la soi-disant « protection juridique des majeurs ». Le lien ici :

http://www.lavoixdunord.fr/region/tourcoing-morte-de-faim-a-33-ans-apres-la-levee-de-ia26b58810n3613323

 

Je pense à Émilie Loridan, Maman de deux enfants de 8 et 6 ans, elle ne percevait plus d’allocations de la CAF depuis qu’elle touchait une allocation enfant handicapée par la Belgique pour sa fille trisomique. Elle s’est suicidée. , privée d'allocations, s'est suicidée après avoir été épuisée dans des marches sans fin. Le lien ici :

http://www.lavoixdunord.fr/region/emilie-maman-privee-d-allocations-et-desemparee-a-ia11b49726n3619290

 

Je pense à des femmes victimes de l'enfermement psychiatrique. Le témoignage ici :

http://blogs.psychologies.com/sabrinatca92/sujets-divers-15352/sujet-enfermement-psychiatrie-288684.html

 

Pour les données officielles sur les violences faites aux femmes en France. Le lien ici :

http://stop-violences-femmes.gouv.fr/IMG/pdf/Lettre_ONVF_8_-_Violences_faites_aux_femmes_principales_donnees_-_nov15.pdf

 

Je pense au sort réservé aux femmes âgée placées dans des maisons de retraites qui tolèrent de la torture. Des témoignages sélectionnés sont ici :

 

 

 

Femmes âgées.

 

Le cas le plus lourd de madame Camille, 92 ans, morte dans des conditions atroces le 04 décembre 2010. Il est révélateur de la maltraitance violente et mortifère des personnes femmes âgées en France dans les maisons de retraite.

Voir le témoignage de son fils Frank Hagenbucher dans : Lettre ouverte à un tu (t) eur professionnel. Ed., L'Harmattan, 2010

 

Martini Françoise (Marseille).

Morte à l'âge de 96 le 10/03/2016 dans une maison des personnes âgées à cause de l'abus de faiblesse et non assistance aux personnes en danger. Voir page facebook : EHPAD et Tuteur. Forces occultes

Ces cas ne sont pas isolé mais ils répondent à un cortège de faits et de situations de violences psychiatriques et tutélaires et leurs conséquences en chaîne, à leur signification humaine et sociétale.

 

Je pense à Hannah aux États-Unis qui a subi des violence physiques à l'aéroport, coupable d'avoir un handicap. Le lien ici :

http://www.deathandtaxesmag.com/295661/tsa-sued-after-beating-up-disabled-teenage-cancer-patient/?utm_source=share-fb&utm_medium=button

 

Je pense aux victimes du viol

http://www.mesopinions.com/petition/justice/imprescribilite-crimes-sexuels/25896

 

Flavie Flament. Victime du viol à l'âge de 13 ans

http://www.lepoint.fr/people/apres-flavie-flament-d-autres-temoignages-de-viol-contre-david-hamilton-17-11-2016-2083831_2116.php

Je pense aux femmes vulnérables victimes de l'impensable au :

Maroc : le suicide de Khadija Souidi le 30 juillet 2016, violée et torturée, relance le débat sur l’impunité de ses agresseurs

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/09/khadija-souidi-16-ans-violee-torturee-et-poussee-au-desespoir-par-la-justice-marocaine_4995213_3212.html

 

Le suicide d'Amina Filali, le 10 mars 2012, adolescente violée et mariée de force à son violeur. Le lien ici :

http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/36007-suicide-damina-filali-au-maroc-les-mineures-victimes-de-viol-seront-elles-mieux-protegees-.html

 

Je pense aux violences faites aux femmes dans des guerres menées et encouragées par les soi-disant démocraties : le cas extrême de la Syrie. Des jeunes filles et femmes réfugiées, violées systématiquement dans des camps et dans les parcours de fuites vers l'Europe. Le lien ici :

http://www.rfi.fr/zoom/20131120-violences-victimes-femmes-syrie-jordanie-viol-fidh-guerre

 

l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne révélait entre autres que 34% des femmes handicapées avaient subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire, contre 19% des femmes valides. Voir le rapport ici :

http://fra.europa.eu/sites/default/files/fra-2014-vaw-survey-main-results-apr14_en.pdf

 

Sur les formes de violence contre les femmes en situation de handicap en France :

le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) dans son bilan du quatrième plan interministriel contre les violences faites aux femmes , publié le 22 novembre 2016. Difficilement surmontables pour les femmes valides, les obstacles propres aux parcours des victimes de violences peuvent être infranchissables pour les femmes handicapées.». Le lien ici :

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_rapport_violences_eval_4e_plan_20161122.pdf

 

Sur la déshumanisation des femmes psychiatrisées. Le lien ici :

http://www.liberation.fr/france/2016/11/25/les-femmes-handicapees-subissent-beaucoup-plus-de-violences-que-les-femmes-valides_1529911

 

Sur la stérilisation des femmes en situation de handicap psychique léger ou « lourd ». Le lien ici :

http://www.la-croix.com/Ethique/Sciences-Ethique/Sciences/Sterilisation-meconnue-des-handicapes-_NG_-2006-02-13-512793

 

Publication des Nations-Unies. ONU Femmes, sur les violences faites aux femmes en situation de handicap. Le lien ici :

http://www.unwomen.org/fr/news/stories/2012/10/forgotten-sisters-violence-against-women-and-girls-with-disabilities

 

 

Je termine par cette citation extraite quelque part :

« Seules des femmes émancipées donneront des générations d'hommes libres ». Taha Hussein (1889-1973). Doyen de la littérature arabe. Égypte.

 

Collectif Vérité et Justice pour Nathalie

www.cvjn.overblog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :