Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Collectif Informel CDPH-ONU

 

Lettre aux candidats engagés dans les élections présidentielles de 2017

 

 

Psychiatrie, tutelle et curatelle

Un système de violence institutionnelle caractérisé par des traitements dégradants et mortifères au nom des soins et par des abus au nom de la protection synonyme de dépossession

 

 

 

Nous, individus, citoyens, personnes victimes et proches des victimes des horreurs psychiatriques en France et des dérives vertigineuses et inquiétantes du système de protection des majeurs, fonction déléguée aux associations incontrôlables, sommes organisés volontairement dans des collectifs citoyens à l'échelle locale, régionale et nationale indépendants de toute influence politique, nous vous écrivons dans un esprit effervescent sans préalable dans le cadre du contexte de la campagne des élections présidentielles en cours pour attirer votre attention sur des faits incontestables. Plus que des faits, des vérités mises en lumière depuis longtemps maintenues dans un silence violent et insupportable autour des sujets entretenus dans l'ombre en dépit des alertes successives, individuelles et collectives, officielles et officieuses, nationales et internationales sur les dérives graves des pratiques psychiatriques sous contraintes, y compris l’isolement, la contention et les traitements médicamenteux forcés dans les hôpitaux psychiatriques en France et l'opacité sur le fonctionnement des logiques d’un nombre record toujours ascendant et inquiétant de tutelles et curatelles.

Quand des «soins» psychiatriques médicamenteux prodigués sont synonymes de maltraitances et de tortures parfois jusqu'à la destruction totale et la «protection» juridique est quasiment vidée de son sens pour devenir un système d'escroquerie et de dépossession des protégés, coupables d'être dans une situation vulnérable, coupables de manifester leur souffrance et coupables d'avoir demandé de l'aide dans un pays qui se dit de droits de l'Homme, des interrogations légitimes s'imposent d'elles-mêmes sur la démission effective du politique et de l'ignorance volontaire de ces faits.

 

Nous vous écrivons pour vous rappeler que la problématique du handicap dans toutes ses variantes surtout celle du domaine du psychique est délibérément reléguée à l'espace marginal de la société, des institutions et du politique. Et pourtant, nous savons toutes et tous que personne n'est à l'abri d'un accident de vie et que l'être humain, le citoyen et le souffrant ou le patient ne se réduit pas dans son fonctionnement aux éléments des diagnostics psychiatriques érigés en dogmes en dépit des évolutions incontestables dans la recherche scientifique et des expériences qui ont donnés des résultats dans le traitement des crises psychiques au-delà du souhaité. Ces diagnostics sont un système d'insultes à l'intelligence.

Des témoignages émanant des personnes victimes des formes de maltraitance psychiatriques en France codifiés dans des manuscrits et publiés sur des réseaux sociaux de communication et sur des sites internet sont de haute qualité de référence sur le potentiel en acte des patients dans le dépassement du système des diagnostics psychiatriques.

 

Oser et s'évertuer dans la fabrication et la marchandisation des concepts comme la "santé mentale", la "maladie mentale", les "troubles mentaux", «les incapables», les «schizophrènes», les «incurables», les «malades psychiques chroniques», « les troubles comportementaux", les « bipolaires », les «psychotiques », etc., sans tenir compte des effets dévastateurs de ce système de stigmatisation mortifère sur toute initiative du processus et du potentiel de rétablissement individuel et collectif déshonore durablement les fondement mêmes de cette société. Par ce maintien, il facilite l'implantation de l’irréversible de la banalité du mal alors que des recherches récentes démontrent, preuves à l'appui que par exemple la schizophrénie n'existe pas. Le lien ici : http://thescienceexplorer.com/brain-and-body/schizophrenia-does-not-exist-according-psychiatric-expert.

Des expériences non médicamenteuses en Finlande dans la prise en charge des personnes diagnostiquées «schizophrènes» ont donné des résultats appréciables et encouragents et sont aujourd’hui répliquées dans de nombreux pays. Le lien ici : http://www.forumpsy.net/t868-open-dialogue-la-methode-qui-a-pratiquement-eradique-la-schizophrenie-en-finlande

 

Document vidéo. Le lien ici : https://www.youtube.com/watch?v=7tb8ITIFOyY

 

Sans aucune décence professionnelle et éthique, ce système vise à broyer des personnes stigmatisées par la puissante psychiatrie française, puissante parce qu'elle agit en collusion avec l'ensemble du pouvoir scientifique, judiciaire, politique et social dans une culture et dans une société qui en grande partie accepte l'inacceptable dans un système qui verrouille toute possibilité de contester. Nous vous invitons à lire et comprendre la forme et le fond de cette définition de Agefpih (Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées): «Le handicap psychique résulte de troubles mentaux chroniques ou d’une maladie psychique. Il se traduit par un dysfonctionnement de la personnalité caractérisé par des perturbations graves, chroniques ou durables, du comportement et de l’adaptation sociale.». Une définition mortifère symptomatique de l'inhumanité grandissante dans les institutions de ce pays. Un détail syntaxique qui livre l'horreur la plus absolue.

Source : Cahier N°6 : Recruter et accompagner un collaborateur handicapé psychique.

Très facile de criminaliser et de déshumaniser des centaines de milliers de personnes, voire, des millions en situations de handicap par des mécanismes des attributions non fondées, acceptées et autorisées parce qu'elles sont de source d'une discipline, la psychiatrie perçue comme un système de vérités sur le fonctionnement complexe de l'individu alors que la plupart de ces attributions n'ont aucune validité écologique. Elle est par ces postulats, extrêmement réductionniste.

Les prolongements de son langage en acte dans les hôpitaux psychiatriques en France produisent des formes cruelles de maltraitances jusqu'à la mort sans pour autant se poser des questions sur les souffrances des victimes et leurs proches.

Nous vous citons le cas d'une citoyenne, Dale Nathalie, morte le 31 janvier 2014 à l'âge de 43 ans à Aix-en-Provence après de longues années de maltraitances psychiatriques médicamenteuses et les abus de curatelle en dépit des alertes et des signalements en direction de toutes les étages de responsabilité par son compagnon. Selon le certificat de décès établi le 03 février 2014 par le service de la médecine légale, elle est décédée à cause de : «Défaillance respiratoire aux surcharges médicamenteux», alors qu'elle était sous le régime de protection dans sa version de curatelle. Le lien ici : http://cvjn.over-blog.com/2016/02/nathalie-texte-explicatif-cvjn.html

Témoignage sur le cas de Nathalie Dale sur le site de CRPA. 2017-02-15 (ajnn-rapp/enqu) Rapport de la mission d’évaluation de la loi du 27 septembre 2013. https://psychiatrie.crpa.asso.fr/2017-02-15-ajnn-rapp-enqu-Rapport-de-la-mission-d-evaluation-de-la-loi-du-27-septembre-2013

https://psychiatrie.crpa.asso.fr/2017-01-04-tjn-leg-Audition-du-CRPA-par-la-mission-parlementaire-d-evaluation-de-la-loi-du-27-septembre-2013-o-Temoignages#Temoignage-no2-M-El-Yagoubi

Le cas de Edaine Florence, morte le 14 mars 2004 à l'âge de 28 ans à l'hôpital psychiatrique de Moisselles par surdosage médicamenteux Le lien ici : http://www.forumpsy.net/t934-l-affaire-florence-edaine-decedee-a-l-hopital-psychiatrique-roger-prevot-de-moisselles-95?highlight=florence

Le cas de Sylvie Velghe, trouvée morte de faim dans une société d’abondance et de mauvais soins le 27 avril 2016 à l'âge de 33 ans à Tourcoing alors qu'elle était sous curatelle. Le lien ici :

http://www.lavoixdunord.fr/region/tourcoing-morte-de-faim-a-33-ans-apres-la-levee-de-ia26b58810n3613323

http://www.leparisien.fr/societe/psychiatrie-internee-et-attachee-de-force-elle-denonce-des-traitements-inhumains-06-04-2017-6829122.php#xtor=AD-1481423551

Le cas de Sabrina sur le site de CRPA : https://psychiatrie.crpa.asso.fr/2017-04-06-art-Le-Parisien-o-Sabrina-internee-et-attachee-de-force

Nous sommes en mesure de citer des centaines des cas, voire, des milliers , mais nous nous sommes contentés sur ces exemples parce qu'ils sont révélateurs du désastre dans lequel fonctionne la psychiatrie en France en lien avec les logiques de tutelle et de curatelle dans des mécanismes de «protection» sans protection.

Ces quatre exemples symptomatiques des logiques psychiatriques en France avec des détails qui livrent l'horreur la plus crue ne sont pas des cas isolés. Ils font partie d'un long cortège livré à l'espace marginal de la société et de ses institutions y compris le politique dans une hilarité elle-même symptomatique de l'indifférence quasi-totale de la société.

Nous ne faisons que confirmer ce que des rapports officiels ont déjà constaté et confirmé. Nous citons à titre d'exemple le rapport de la Contrôleure Générale des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL), Madame Adeline Hazan, publié le 25 mai 2016 sur les dérives des hôpitaux psychiatriques en France. Le lien ici :

http://www.cglpl.fr/wp-content/uploads/2016/05/CGLPL_Rapport-isolement-et-contention_Dalloz.pdf

 

Le rapport de la Cour des Comptes sur la protection juridique des majeurs publié le 04 octobre 2016 : une réforme ambitieuse, une mise en œuvre défaillante. Le lien ici : http://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/La-protection-juridique-des-majeurs-une-reforme-ambitieuse-une-mise-en-aeuvre-defaillante

Le rapport de Défenseur des droits sur la faiblesse et la complexité du système de protection publié le 29 septembre 2016. La volonté du Défenseur des droits, qui est conscient de la complexité de ces questions et de la faiblesse des moyens des juridictions, est de provoquer une réflexion des pouvoirs publics permettant de préparer d’éventuels changements de principes qu’il recommande en conscience. Le lien ici : http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport-majeurs_vulnerables-v5-num.pdf

Des initiatives des collectifs spécialisés sur les dérives des tutelles et curatelles. Le lien ici : https://www.justiciablesencolere.com/

Sur les formes de tortures dans les hôpitaux psychiatriques et les contraintes imposées. Le lien ici : http://depsychiatriser.blogspot.fr/2016/03/la-psychiatrie-en-france-zone-de-non.html

Sur des récits individuels, le cas de Sabrina. Le lien ici : http://www.leparisien.fr/societe/psychiatrie-internee-et-attachee-de-force-elle-denonce-des-traitements-inhumains-06-04-2017-6829122.php#xtor=AD-1481423551

Sur le détournement de l'argent des protégés et l'insignifiance des réponses de la justice. Le lien ici : http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/picardie/somme/amiens/juge-detournement-argent-agent-udaf-contamne-3-ans-prison-ferme-1214505.html

Le comité contre la Torture de l'ONU dénonce la psychiatrie française. Le lien ici : http://www.forumpsy.net/t1277-le-comite-contre-la-torture-de-l-onu-denonce-la-psychiatrie-francaise

Violences sur des patients psychiatrisés. Le cas du centre d'Uzès 17 janvier 2017. Le lien ici : http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/violences-patients-hopital-psychiatrique-uzes-trois-ans-prison-prevenus-1176981.html

Sur les scandales de tutelle et curatelle. Le lien ici : https://blogs.mediapart.fr/dom9/blog/030213/l-ahurissant-scandale-des-tutelles-dont-tout-le-monde-se-fout?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66

Hommage rendu aux personnes catégorisées de « handicapés mentaux » le 10 décembre 2016. Le lien ici: http://vivrefm.com/infos/lire/3247/une-plaque-en-memoire-des-personnes-handicapees-et-malades-sur-le-parvis-des-droits-de-l-homme#complete_news_content

Pour un autre regard sur les patients psychiatrisés, maltraités et broyés et pour une solidarité avec les victimes et leurs familles, le Collectif National des Victimes de la Psychiatrie invite toutes les instances des pouvoirs publics à prendre de la hauteur pour voir en perspective les dégâts causés par la psychiatrie médicamenteuse. Le lien ici : www.cnvp84.fr http://www.cnvp84.fr/Files/lettre_ouverte_a_monsieur_le_president_de_la_republique.pdf

Des publications de haute facture intellectuelle sur la psychiatrie, la tutelle ou la gestion de l'indicible.

Frank Hagenbucher. 2010. Lettre ouverte à un tu(e)teur professionnel. Editions l'Harmattan.

Frank Hagenbucher. 2006. NOS AÎNES ENTRE TUTELLE ET CANICULE. L’Harmattan.

Valérie Labrousse. 2014. LES DEPOSSEDES. Enquêtes sur la mafia des tutelles. Editions Du Moment.

Des plaintes multiples déposées contre les mandataires des services de la protection juridique des majeurs et des psychiatres et hôpitaux psychiatriques. Des condamnations ont donné suites à quelques-unes sans pour autant dissuader ou au moins atténuer l'ampleur des dégâts causés dans cette synergie psychiatrie et tutelle.

Les liens ici : http://www.forumpsy.net/t991-plainte-contre-l-hopital-psychiatrique-de-montperrin-pour-homicide-involontaire

http://www.forumpsy.net/t1302-2017-une-famille-de-nancy-attaque-en-justice-le-chu-psychiatrique-de-laxou-pour-maltraitance#7963

http://www.forumpsy.net/t1030-aix-montperrin-elle-gagne-la-levee-de-la-curatelle-l-hopital-se-venge-par-le-dossier-medical

  1. Une mandataire judiciaire détourne près de 100 000 euros. https://www.objectifgard.com/2014/11/29/nimes-mandataire-judiciaire-detourne-pres-100-000-euros/

Sur les formes cruelles de maltraitances psychiatriques. Les liens ici : http://www.forumpsy.net/t451-les-cliniques-psychiatriques-maltraitantes-chateau-du-tremblay-a-chaulgnes-58-pres-de-nevers-reportage-tv

http://www.m6.fr/emission-zone_interdite/videos/11339500-enfants_handicapes_revelations_sur_les_centres_qui_les_maltraitent.html

Des centres qui maltraitent. Le lien ici : https://informations.handicap.fr/art-handicap-mental-maltraitance-m6-853-6569.php

 

Non à l'instrumentalisation judiciaire de la psychiatrie

Il n'y a aucune excuse de dire que l'on se savait pas ou qu'il s'agit des cas isolés. Ce sont des faits qui s'imposent d'eux-mêmes. Et toute tentative d'oubli ou de négligence serait une ignorance volontaire, voire une complicité active aux programmes de déshumanisation et des dos tournés aux abattages des personnes en souffrance et en situation de vulnérabilité au nom des «soins» et de «protection», les privant notamment de leurs libertés fondamentales en violation de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées ratifiée par la France en 2010.

 

Le contre-pouvoir

Nous, les victimes et les proches des victimes, organisés dans des collectifs, nous savons par expérience et dans nos actions pour la dignité humaine comment le contrôle institutionnel de la narration de la psychiatrie et son volet d'expertise livrée dans une version de discipline «scientifique», valorisée par les tenants des paradigmes des sciences médicales et sociales jusqu'à leurs prolongements médiatiques, judiciaires et politiques, consommée par la masse des gens, qui n'ont pas les moyens d'entreprendre leurs propres recherches s'inscrit dans une collaboration active avec la justice et la puissance publique pour détraquer, briser et anéantir tout espoir de rétablissement. Malgré cela, la volonté d'agir en marge des espaces constitués pour se libérer et se débarrasser de cette synergie mortifère ne fait pas défaut.

  1. peut-on expliquer le silence violent du politique dans toutes ses variantes sur cette collusion conçue pour affaiblir les faibles au nom des «soins», et déposséder les vulnérables au nom de la justice dans une formule dite «protection juridique des majeurs ou «majeurs protégés» ? N'est-il pas légitime de parler ici d'un système d’inversion radicale des valeurs humaines de base et de renversement des fondamentaux de ce qui fait société ? Le risque est grand de voir la banalité d'instituer le mal dans une société déjà en grande difficulté avec elle-même. Ce que nous refusons en tant que citoyens de base ayant conscience du danger qui guette le devenir individuel et collectif des vulnérables et leurs proches, agissant dans des collectifs autour des valeurs humaines de base et pour la dignité humaine des patients déshumanisés et expulsés aux espaces des oublis, alors qu'ils sont des citoyens qui font confiance à leurs institutions. Sont-ils coupables d'avoir trop fait confiance ? Ils sont conscients de leurs droits et de leurs devoirs mais ils sont conscients qu'on ne les écoute pas parce qu'ils sont stigmatisés par leurs propres institutions et par les soignants : « Malades mentaux », « incapables », « handicapés », etc.

Nous sommes face à des vérités interdites pour dire non à l'instrumentalisation judiciaire de la psychiatrie au nom des expertises bredouillées pour servir l'attendu !

Non à la grammaire politique et institutionnelle dépourvue et déchargée du sens et de sensibilité humaine !

La convention CDPH-ONU

A la question : Que se passe-t-il en France ? Nous répondons avant vous que dans notre mobilisation et constat : L'indifférence et l'ignorance volontaire de l'existence des violences psychiatriques et judiciaires exercées contre les vulnérables stigmatisés de «handicapés mentaux» ou «psychiques», enfants et adultes, hommes et femmes, en dépit des rapports des Nations-Unies et de la Convention de CDPH-ONU, notamment l'article 12 et 14 de la Convention. Les liens ici :

http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/ConventionRightsPersonsWithDisabilities.aspx

http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413 (articles 12 et 14).

http://www.ohchr.org/Documents/Publications/CRPD_TrainingGuide_PTS19_fr.pdf

Rapport du Conseil de l'Europe sur les droits des personnes en situation de handicap. Le lien ici : https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=09000016806da8a9

Campagne Internationale Pour la prohibition ou interdiction totale des hospitalisations et soins sans consentement. Le lien ici : https://absoluteprohibition.org/

Cette synergie institutionnelle (Puissance publique - justice - affaires sociales - psychiatrie), «normale», tranquille, dépourvue d’un contre-pouvoir digne de ce nom, d’une Inspection Générale ou de tout autre système de contrôle, a permis et provoqué de longues années de souffrance ; elle a entraîné la mort dans des conditions inhumaines des centaines de personnes vulnérables, et ce, en raison d'un système de traitement médicamenteux inadapté condensé dans les neuroleptiques et les anxiolytiques dans leurs différentes variantes.

Pour être menées au nom du «soin» et de la très fameuse « protection juridique des majeurs», ces pratiques, tout à la fois professionnelles et alignées sur une éthique inexistante et péremptoire, n’en sont pas moins inversées fréquemment, fatalement et notoirement, comme ce fut les cas de plusieurs victimes.

En amont ou en arrière fond de ces horreurs légales, il est un problème peu dit, mal dit, voire indicible, celui qui a fait mourir des centaines : l’impossibilité actuelle d’une solidarité minimale, familiale, civique, sociale, politique, et même scientifique. Une solidarité minimale qui ferait barrage au pire et validerait le souci français pour les droits fondamentaux de la personne. Une solidarité minimale qui n’aurait pas laissé beaucoup de citoyens souffrir et mourir ainsi. Qu’en est-il de ce non moins fameux et très bruyant souci de l’Autre et de la différence, du malade et du patient, du handicap et du grand âge, des grands principes et de l’universel, des chartes solennelles et des colloques internationaux, des émotions collectives et autres enflures médiatisées ?

Nous en avons d’ailleurs énervé plus d’un, dans la vaste toile socio-intello-médico-politique de l’indifférence, de l’irresponsabilité et de la prédation organisée, en leur rappelant d’une part les recommandations, les lignes directrices et les rapports des Nations-Unies, notamment au sujet de la «Convention relative aux droits des personnes handicapées», et d’autre part les auditions de l'Etat Français les 13 et 14 janvier 2016 par le Rapporteur Spécial (Genève).

 

Comment expliquer le silence et la passivité des acteurs institutionnels, puis leur hostilité ouverte pour tenter d’invalider (par tous les moyens) les démarches, rapports et autres signaux d'alerte adressés à tout niveau de responsabilité par les personnes concernées, leurs proches et des collectifs et associations de terrain ?

Nous n'avons pas choisi de se battre contre cette indifférence soutenue envers des citoyens, victimes des formes de maltraitances institutionnelles sans limites. Nous avons appris que le silence violent sur ces faits graves est une forme de complicité active que nous refusons au nom de la dignité humaine et en conformité aux principes des droits de l'homme et des conventions internationales.

Notre colère et notre indignation sont justes et légitimes parce qu'elles sont humaines, exprimées dans des mots d'action. « Les mots juste, trouvés au bon moment, sont de l'action ». Hannah Arendt (1906-1975)

 

 

Nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les candidats, l’expression de nos considérations distinguées.

 

 

Le Collectif Infomel CDPH-ONU

21 avril 2017

France

 

Collectif Informel CDPH-ONU : Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées de l'Organisation des Nations-Unies

 

 

 

Les signataires

 

 

1) M'hamed EL YAGOUBI. Collectif Vérité et Justice pour Nathalie. Www.cvjn.over-blog.com

 

  1. Jules MALLEUS, Compiègne. Blog: http://depsychiatriser.blogspot.fr/

 

3) Dominique FLEURIOT. Collectif SOS VICTIMES DES TUTELLES.

http://www.justiciablesencolere.com

 

4) Claude MARTINI. martini.claude@neuf.fr - Marseille - France

Facebook : EHPAD & TUTEUR FORCES OCCULTES + Maisons de Retraites Mafieuses + Spoliation, violence, déshumanisation : le cauchemar des tutelles. Marseille.

ENVOYE SPECIAL FRANCE 2, le 20 FEVRIER 2014 « Une vie sous tutelle »

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-20-fevrier-2014_529565.html

 

5) PETITIONS AVAAZ.org « Contre les maisons de retraite manipulatrices et suffisantes : Réforme des maisons de retraite »

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Contre_les_maisons_de_retraite_manipulatrices_et_suffisantes_Reforme_des_maisons_de_retraite//?launch

 

6) Philippe GUERARD. PRÉSIDENT ADVOCACY FRANCE

PRÉSIDENT ADVOCACY BASSE-NORMANDIE. www.advocacy.fr

 

7) Association l'espoir de Lukaz.Marseille. association.lespoir.de.lukasz@gmail.com

 

8) Association “Harcelons-les !”. http://harcelons-les.over-blog.com

 

9) Association PADUPP. Pour l’Accès et la défense des Droits des Personnes directement concernées par des troubles Psychiques et/ ou des personnes directement concernées par l’usage de produits psycho-actifs. Marseille. padupp13@gmail.com

 

10) Bruno.D

11) Jean-Michel. 64 ans. Victime des traitements psychiatriques.

12) Claude Ethuin. Président Nord Mentalités

13) Claude SILVANO

Président du Collectif National des Victimes de la Psychiatrie

www.cnvp84.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :